Le blog Connections est mort … Vive Connections Le Blog

Derrière ce titre énigmatique se cache juste un changement de cap.

Jusque là le blog connections me permettait de vous transmettre, de manière peu soutenue, mon avis sur le monde de la pub, du web et des media!

Suite à la création de l’Agence Connections, il était logique de faire de ce blog celui de l’entreprise.

Le blog change donc d’adresse mais conserve le même objectif : donner un éclairage personnel sur le monde de la communication mais également de communiquer sur l’actualité de l’agence Connections : http://www.connections-communication.fr/

Pour le reste : pas de changements, le blog restera propulsé par WordPress et sera toujours visible dans une version adaptée sur vos smartphones.

Si vous souhaitez continuer à le suivre rendez-vous dès demain sur : http://blog.connections-communication.fr/ pour de nouveaux billets qui, je l’espère vous plairont!

Wait and see!

Publicités

Carrefour se lance dans le flashcode mais … fail!

L’un des derniers outils à la mode en matière de marketing interactif est le flashcode.

En quelques mots, le flashcode est un petit pictogramme façon code-barre que l’on insère sur une publicité papier et qui permet, pour peu que l’on soit équipé d’un smartphone et de l’application gratuite, d’accéder à plus d’informations sur l’article ou le produit.

Dans son dernier tract, Carrefour a décidé d’intégrer les flashcodes aux descriptifs de ses produits multimedia.

Chez Connections nous nous somme empressés de tester le procédé pour un résultat plus que mitigé que l’on pourrait presque qualifié, s’il l’on utilise le vocabulaire cher aux utilisateurs de Twitter, de FAIL!

Voici donc le #fail en images :

La pub contenant le Flashcode :

L’application iPhone « Lecteur de Code » :

Et enfin le Résultat :

Comme quoi : innover c’est bien mais il vaut mieux être sur de son coup!

Le cadeau d’affaire écolo : démarche citoyenne ou démagogie?

Si comme moi, vous écumez régulièrement les salons professionnels, vous avez pu assister depuis au moins 2 ans à la prolifération des cadeaux d’affaire “écolo”.

Alors que le marché était encore récemment trusté par les stylos, porte cartes de visite, portefeuilles, objets anti stress, la tendance actuelle est d’offrir aux visiteurs des salons des objets résolument “développement durable”.

En visite sur plusieurs salons en septembre, voici quelques exemples de ce que vos interlocuteurs risquent de vous proposer.

La Calculatrice à eau :

P1040996

Il va sans dire que ce cadeau est anecdotique, nos petites calculettes ne consommant que très peu de piles, difficile de voir l’utilité de ce produit.

La Radio Dynamo Solaire

P1040993

Là encore, inutile donc indispensable, à tous les coups cet objet hautement recommandable finira dans votre cave.

L’agrafeuse sans agrafes :

P1040997

Cet objet est un peu plus utile non pas pour nous bureaucrates du quotidien mais plutôt pour les associations telles Elise officiant dans la récupération de papiers et donc les membres n’auront plus à s’abimer les doigts surs ces maudites agrafes.

La Lampe Dynamo:

P1040994

Un mystère, récupéré sur un salon destiné aux entreprises: quelle utilité peut bien avoir ce genre d’objets dans un bureau si ce n’est l’exploration des fonds de tiroir.

Derrière ces moqueries gentillettes, remarquez au passage que j’ai grossièrement dissimulé les logos des entreprises m’ayant offert ces merveilles, se cache une grande question.

Pourquoi les entreprises font elles cela?

La 1ère réponse évidente est de se donner bonne conscience! Le développement durable est à la mode alors suivons le train en marche en offrant tout ce qui se classera dans cette catégorie à nos clients.

La 2ème réponse possible est: nous donner bonne conscience. Je pense que certains employés de bureaux frimeurs ne manqueront pas d’exhiber ces précieuses trouvailles à la vue de tous en argumentant sur le fait que “eux” font une démarche active pour la nature!

La 3ème explication : pour l’image: une entreprise se voulant écologiquement responsable se doit de le montrer et ce même dans les petits présents faits à ses clients.

Mais ces objets sont-ils si “développement durable” que cela ?

Ok ils sont pour la plupart basés sur l’économie d’énergie. Cet argument peut paraitre ridicule car concernant des objets du quotidien qui par nature ne consomment que peu d’énergies.

Ensuite sur les notices, aucune précision n’est donnée sur les matériaux utilisés. Il est fort à parier que le plastique utilisé ne provient pas du recyclage!

Enfin, bien souvent ces gadgets proviennent de Chine, avec tous les process de fabrication que cela peut impliquer : main d’œuvre à bas prix, peu de contrôle qualité…

Tout cela fait qu’au final, ces petits présents sont non seulement peu utiles et peu écolos mais surtout absolument anti-développement durable!

Donc messieurs les entrepreneurs, avant de surfer sur cette mode, attendez peut-être la prochaine vague

Le recyclage : de l’enjeu écologique à l’enjeu marketing!

200x95__4155  

Depuis l’avènement du concept de développement durable, il y quelques années, de nombreuses entreprises se sont engouffrées dans cette nouvelle tendance en souhaitant démontrer leurs engagements sociaux et écologiques.

La grande difficulté dans ce genre de démarche est de réussir à communiquer efficacement afin de faire de cet engagement un atout marketing probant!

La bataille a été lancée par l’apposition sur nos boites de cafés ou de pates, de logos “bio”, “développement durable”, “agriculture responsable” …

Bien que partant d’une bonne intention, cette mesure a vite atteint ses limites dans le sens où rien ne distingue a priori un café bio d’un autre! On a affaire ici à un réel manque de visibilité qui peut induire dans l’esprit du consommateur un doute persistant sur la provenance du produit!

La nouvelle tendance est donc de réussir à appliquer ces préceptes de bio éthiques en les mettant en valeur notamment dans le design du produit ou dans la communication mise en place autours!

Les Hypermarché Leclerc, dans le cadre de leurs nouveaux concepts magasins, ont les premiers compris cette difficulté. Le résultat a été la mise en place de containers de récupérations des bouteilles plastique usagées (entrainant la cagnotage prompt à motiver leur clientèle). Afin de mettre en avant le recyclage effectif du plastique collecté, les nouveaux Hypers se sont vus dotés de magnifiques Caddys et paniers, annoncés comme étant fabriqués à partir du plastique recyclé. Le plus marketing de Leclerc a été de choisir un design qui ne laisse aucun doute sur le fait que les chariots ont bien été faits à partir de bouteilles plastiques, en leur adjoignant cette jolie teinte bleue aisément reconnaissable!

Cette méthode faisant apparemment ses preuves, la marque de fournitures Pilot s’est lancé dans la bataille. Le fruit de cette réflexion est le B2P pour “Bottle to Pen”.

Le B2P est ainsi le premier stylo fabriqué à base de bouteilles recyclées. Conscient de la nécessité de rendre cet aspect visible, et suivant l’exemple du Père Leclerc, le stylo arbore toujours cette teinte bleue caractéristique mais reprend fidèlement le design et les striures de nos bouteilles d’eau!

Plus aucun doute n’est possible!

L’intérêt est double pour Pilot: d’une part communiquer sur son statut d’entreprise responsable proposant un produit issu du recyclage et donc recyclable, mais surtout de permettre à sa clientèle de se revendiquer “éco-citoyens” en arborant un objet symbole de cet engagement! Le recette est ancienne mais toujours efficace: pour vendre un produit il faut parfois savoir donner bonne conscience au consommateur (Renault avant eux l’ayant compris par l’ajout de mention “éco2” sur ses véhicules les moins polluants).

Cette communication à grande échelle en cette période de rentrée scolaire devrait faire des émules et beaucoup d’autres devraient dans les mois à venir nous aider à avoir bonne conscience grâce à des objets visuellement “développement durable”! Une bonne manière finalement pour les entreprises de redonner un peu de fraicheur à des produits du quotidien et ainsi rebooster leurs ventes!

A suivre donc …

Mes adieux à Futur Proche

Lorsque l’on travaille dans la communication, on se doit de faire ses adieux de façon « multimedia ».

Alors oui se faire licencier pour raisons économiques, mais la vie n’étant qu’un éternel recommencement, il ne faut jamais perdre sa bonne humeur.

Voici comment j’ai quitté l’agence qui m’a accueillie pendant 2 ans avec le sourire :

Aurevoir
envoyé par louyouk

Une aventure se termine, une autre commence …